Comment moins dormir en restant en forme

1 Mar

Comment moins dormir en restant en forme

 

Bien dormir est nécessaire à notre équilibre vital. Si nous manquons de sommeil, nous nous retrouvons très rapidement épuisés, incapables de faire quoi que ce soit. D’après certaines études, le manque de sommeil représenterait un danger pour notre corps et notre esprit. Les conséquences du manque de sommeil sont particulièrement nombreuses (problème de concentration, maladies, obésité…). Notre vie relativement chargée nous pousse toujours plus à rester éveillé très tard et à nous lever tôt. Le sommeil est parfois vu comme un handicap, une perte de temps. Dormir une nuit entière pendant 8, 9 ou 10 heures, par exemple, est un temps précieux qui pourrait nous servir à bien d’autres choses. Par conséquent, plusieurs personnes se demandent comment moins dormir tout en restant en forme. Il existe une méthode permettant d’aménager son temps de sommeil afin de rester réveillé plus longtemps sans pour autant subir les conséquences du manque de sommeil : cela s’appelle le sommeil polyphasique.

 

Qu’est-ce que le sommeil polyphasique ?

 

Pour faire simple, le sommeil polyphasique est une méthode de repos différente de celle utilisée par tout le monde. Au lieu de dormir durant toute une nuit (sommeil monophasique), cette méthode permet de répartir son temps de sommeil en dormant plusieurs fois sur 24 heures. Si cette méthode peut paraître assez étrange, sachez que de nombreuses espèces animales la pratique naturellement. Des études prétendent également que le sommeil polyphasique était pratiqué par les hommes préhistoriques. De nombreux militaires ou et navigateurs ont aussi adopté ce type de sommeil afin de pouvoir être actif à divers moment de la journée et de la nuit. Léonard de Vinci ainsi que Thomas Edison ont, semble-t-il, eux-mêmes utilisé le sommeil polyphasique.

 

Concrètement, le sommeil polyphasique consiste à se baser sur une période de 24 heures et à fractionner son temps de sommeil en plusieurs périodes de sommeil et de petites siestes à intervalles réguliers. De cette manière, vous effectuez une ou des périodes de quelques heures de sommeil puis des siestes de 20 à 30 minutes réparties le long de la journée et réduirez donc votre temps total de sommeil. Certaines personnes pratiquant le sommeil polyphasique se contenteraient de 2 à 5 heures de sommeil par jour sans réduire leurs facultés physiques et intellectuelles.

 

Entrons dans les détails

 

Une période de sommeil classique se découpe en plusieurs parties. Il y a d’abord le sommeil léger puis le sommeil profond et enfin le sommeil paradoxal. C’est justement ce dernier qui permet de régénérer ses facultés mentales et sa mémoire. Le sommeil polyphasique vise à habituer le corps à tomber plus rapidement dans le sommeil paradoxal et donc retirer les périodes de sommeil « inutiles ». Ainsi, en forçant le cerveau à se réveiller après une courte période de sommeil (sieste), le corps va automatiquement s’adapter et va réorganiser naturellement les cycles de sommeil en favorisant le sommeil paradoxal.

 

Comment moins dormir en utilisant le sommeil polyphasique ?

 

Il existe plusieurs méthodes de sommeil polyphasique. Les deux plus célèbres sont la méthode d’Uberman qui consiste à faire 6 siestes de 20 minutes toutes les 4 heures (2h de sommeil total), et la méthode d’Everyman qui consiste en une période de sommeil de 3 heures puis de 3 siestes de 20 minutes réparties le long de la journée (4h de sommeil total). Il existe également une autre méthode, celle de Dymaxion qui consiste à ne faire que 4 siestes de 30 minutes en les espaçant d’au moins 4 heures (2 h de sommeil total). Néanmoins, la méthode la plus abordable et la plus simple à mettre en place est la méthode Siesta ou biphasique qui consiste en une grande période de sommeil de 6h et d’une sieste de 20 à 30 minutes durant la journée (6h20 de sommeil total). C’est cette dernière que je vous recommande pour débuter votre pratique. En effet, les méthodes Uberman et Dymaxion sont assez extrêmes et difficiles à concilier avec une vie sociale ou familiale.

 

Voici un schéma représentant les différentes formes de sommeil polyphasique :

mono biphasic uberman everyman dymaxion

 

Peu importe la méthode choisie, sachez que l’adaptation est assez difficile surtout pour les personnes ayant besoin de beaucoup de sommeil. Il est nécessaire de respecter les cycles et les siestes, le fait de manquer une sieste ou de rester endormi pouvant compromettre sérieusement la réussite de votre acclimatation. Par ailleurs, fumer ou boire beaucoup de café est difficilement compatible avec le sommeil polyphasique. La nicotine et la caféine étant des excitants, cela peut dérégler votre cycle de sommeil. Le sommeil polyphasique permet, sur la longueur, de gagner du temps en réduisant son temps de sommeil, toutefois, il est important d’en informer et d’être soutenu par votre entourage car vous allez aussi vivre en décalé par rapport à celui-ci. Avant de tenter l’expérience, il faut bien peser le pour et le contre mais cela vaut le coup d’essayer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *